Villars accueillera la première étape de l’Audi Skicross Tour dans moins de deux mois. Les athlètes de l’élite et ceux de la relève seront aux prises du 11 au 13 janvier 2019 lors cet événement pré-JOJ. Afin de prendre le pouls de différents acteurs, nous vous proposons un tour d’horizon de la saison 2018/19 en quatre épisodes, à paraître chaque semaine. Pour vous donner une idée des événements à venir, nous interrogeons à chaque fois une personne directement impliquée. La semaine dernière, ce fut le tour du chef entraîneur du Swiss Skicross Team Ralph Pfäffli. Pour le 2e épisode, Dieter « Didi » Waldspruger, directeur de course de l’Audi Skicross Tour, nous parle de ses attentes pour la saison prochaine.

Pas de skicross en été. Comment as-tu passé cette période ?
Didi Waldspurger (en souriant) : Pas de skicross en été ? Laissez-moi rire. Parlez-en donc à ma femme ! Pour moi, le skicross c’est toute l’année. Le travail ne manque jamais. Il s’agit de répondre aux sollicitations par téléphone ou par e-mail, planifier les courses en collaboration avec les stations, coordonner l’engagement du staff et du personnel, effectuer les réservations d’hôtel, programmer les réunions régulières avec diverses commissions, gérer l’ensemble du matériel pour le Tour, préparer le matériel pour les entraînements sur le glacier, réviser de nombreux documents, repérer les parcours et, bien entendu, effectuer toute la planification en vue des JOJ 2020…
La répartition du travail se faisant selon la météo et la motivation, la détente, l’entretien des liens familiaux et le VTT ne sont heureusement jamais en reste. Cet été, tout s’est passé au mieux pour moi.

Pour l’Audi Skicross Tour, beaucoup de choses sont préparées et organisées en novembre déjà. Comme se profilent tes activités jusqu’en janvier ?
Il s’agit de terminer quelques travaux administratifs, comme par exemple l’adaptation des règlements ou des appels d’offres. L’engagement des bénévoles et la préparation des pistes doivent être parfaitement coordonnés. Le matériel doit être prêt pour la première étape du Tour et les installations de départ doivent être installées dans les parcs de skicross.
Avec les snowboardeurs, nous avons effectué un cours de formation continue de DT* en novembre. En décembre, je serai présent à la Coupe du monde de skicross à Arosa pour le compte de la FIS. Parallèlement, je m’occupe constamment de questions relatives aux JOJ 2020.
* Délégué technique

En tant que directeur de course, tu es en contact permanent avec les stations et surtout les constructeurs de piste. Comment se déroule la construction d’une piste pour l’Audi Skicross Tour ?
Avec les stations, nous déterminons les parcours en été déjà. Puis, nous nous rencontrons à nouveau au début de l’hiver pour une nouvelle mise au point. J’établis un plan des pistes et règle les préparatifs avec le responsable des pistes, par exemple le dépôt de la neige et la fermeture des pistes. Nous commençons à construire le parcours une semaine avant la course environ. Nous préparons l’entier du parcours avec un dameur de piste expérimenté. Selon les conditions d’enneigement et la météo, les journées peuvent être longues, car nous devons parfois travailler pendant la nuit. Le parcours doit être terminé deux jours avant la course pour qu’il puisse être testé par les athlètes. Nous profitons de cette petite fenêtre jusqu’au jour de la course pour apporter d’éventuelles corrections. Nous utilisons le temps restant pour nous occuper de l’aire d’arrivée et de l’aménagement. En résumé, pour un week-end de course, je dois être sur place pendant sept jours au moins. Je souhaiterais remercier ici toutes les personnes impliquées dans la construction des pistes pour leur excellente collaboration malgré des conditions parfois difficiles.

L’Audi Skicross Tour rassemble les Kids Events jusqu’aux courses de Coupe d’Europe. Est-il difficile d’arranger les pistes et les parcours de manière à répondre à toutes les exigences ?
Oui, c’est là toute la difficulté et ceci représente un défi de taille pour le constructeur de piste, qui doit construire les parcours en fonction du niveau. Pour moi, la sécurité est au premier plan. Il ne s’agit pas uniquement de placer les filets de sécurité aux bons endroits. Les différents éléments, les sauts et les rollers doivent également remplir leur fonction. Il est nécessaire de prévoir des tronçons permettant de réguler la vitesse ou de changer de position. Et le spectacle ne doit pas être en reste ! Au niveau de la Coupe d’Europe, les athlètes sont initiés aux courses et aux parcours de Coupe du monde. Les courses Kids ou Open sont réservées aux débutants. Ici, nous devons adapter la difficulté des parcours. Les feed-backs positifs des athlètes et des parents et le faible taux de blessures semblent prouver que nous avons réussi à construire des parcours variés et sûrs avec les moyens du bord ces dernières années.

Le mois d’octobre a été l’un des plus chauds jamais enregistrés. Penses-tu que nous aurons un bel hiver malgré les températures élevées en automne ?
Je suis optimiste. Je crois que nous aurons un bel hiver avec beaucoup de neige. J’ai d’ailleurs dû annuler mon début de saison, deux courses FIS SX prévues à Saas Fee début novembre, en raison des chutes de neige trop importantes. Espérons maintenant que le début de la saison soit réussi en décembre avec la Coupe du monde à Arosa.
Ma devise est la suivante : Qui a des objectifs trouve des solutions, qui n’a pas d’objectifs trouve des excuses.

Dans l’interview de fin de saison, tu nous avais expliqué que l’un de tes meilleurs souvenirs de l’hiver dernier était l’attitude des Anglais, toujours aimables et prêts à aider. Participeront-ils à nouveau au Tour ?
Oui, c’est certain. Nous les avons contactés en août déjà. Un directeur du tourisme m’a en outre confié que l’équipe tchèque de SX avait réservé l’hébergement pour les enfants en octobre déjà. Il y aura donc à nouveau un Kids Skicross Tour « international ».

Si tu devais avoir un souhait pour l’Audi Skicross Tour 2018/2019, quel serait-il ?
Je souhaite beaucoup de neige et aucun accident. De la neige en suffisance est la base pour un tour sûr et intéressant. Tout le reste n’est alors qu’une question d’organisation. Avec de bonnes conditions d’enneigement, nous entendons proposer aux nombreux débutants des courses sûres et intéressantes leur permettant de rejoindre notre famille de skicross et offrir à la relève une plateforme de qualité.
Je me permets d’exprimer un deuxième souhait : Proposer une journée découverte à Mürren/Schilthorn à la fin de la saison pour faire connaître à de nombreux enfants des catégories Kids et Open le skicross en tant que discipline fascinante et non pas dangereuse.

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!

Facebook 

Instagram