Didi Waldspurger est directeur de course de l’Audi Skicross Tour depuis douze ans. Âgé de 61 ans, il connaît le Tour mieux que quiconque et, durant la saison, il est responsable de la construction des parcours et du déroulement sans accroc des compétitions sur place. Dans cette interview, il revient sur la saison passée et raconte pour quelle raison il porte la délégation anglaise dans son cœur.

Didi Waldspurger, la saison 2017/2018 est terminée. Dans quelle mesure es-tu satisfait de cette saison ? 
La saison 2017/2018 s’est très bien passée et nous avons pu disputer toutes les courses, à un jour près à Anzère. Cela est principalement dû aux fortes chutes de neige tombées tôt cette saison. Les paysages blancs ont été une source de grande motivation, ce qui s’est vu dans les différentes stations. Tout le monde était motivé à bloc et nous avons pu compter sur une collaboration exceptionnelle avec les organisateurs locaux.

La neige tombée en abondance a cependant également donné beaucoup de travail. 
Évidemment, la neige abondante a demandé plus de travail. Lors de la construction des parcours, il a souvent fortement neigé et nous avons dû travailler de nuit à plusieurs reprises. Mieux vaut cela que l’inverse. Au final, ce sont les bonnes pistes et les beaux parcours qui comptent, et c’est ce que nous avons toujours réussi à offrir. La sécurité, qui est la priorité numéro un, a été garantie en permanence et le public et les athlètes ont vécu des compétitions intéressantes avec peu d’incidents.

Quel a été le feed-back de la part des participants ? 
Très positif. Ce sont avant tout les parents des nombreux enfants venus participés au courses Kids, qui ont apprécié les manifestations. Ils ont également souvent demandé si nous pourrions organiser des courses supplémentaires la saison prochaine. Cela plaide en faveur de notre manifestation. Et les adultes ont également été satisfaits des compétitions de l’Audi Skicross Tour.

De nombreux enfants et adultes du monde entier ont fait exprès le déplacement jusqu’en Suisse pour participer à nos courses. Ce sont avant tout des enfants venus d’Angleterre avec leurs parents et amis qui ont participé à nos manifestations à maintes reprises. La participation de coureurs venus de Roumanie, de Tchéquie, d’Allemagne et j’en passe prouve également que nous faisons les choses correctement.

Y a-t-il un moment de la saison que tu n’oublieras jamais ? 
Alors que nous étions occupés avec les préparatifs à Hoch-Ybrig, il s’est mis à neiger fort et une épaisse couche de neige fraîche s’est formée sur la piste. J’ai tout à coup reçu des e-mails de parents et d’enfants de la délégation anglaise demandant s’ils pouvaient nous aider à préparer les pistes. Et ils sont effectivement tous venus ensemble à la montagne et ont pelleté et déblayé la piste au lieu de profité de la poudreuse fraîchement tombée. Ils ont de plus payé une carte journalière supplémentaire pour pouvoir nous rejoindre sur la montagne. Une telle action est tout simplement magnifique.

Peux-tu nous donner un petit aperçu de la saison prochaine ? 
Nous allons naturellement conserver la formule actuelle et organiser des courses Open avec des courses Kids. Les jeunes ont ainsi toujours la chance de voir évoluer les meilleurs et de se mesurer sur le même parcours. Cette opportunité exceptionnelle permet aux plus jeunes de jeter un œil tôt dans le quotidien des compétitions des athlètes confirmés et de soutenir le sport de loisirs.

Nous avons également pour objectif d’organiser une ou deux courses supplémentaires la saison prochaine. Nous avons d’ores et déjà reçu des demandes de domaines skiables qui, grâce aux retours positifs, souhaitent organiser une course. Bien évidemment, nous devons d’abord faire le bilan de cette saison. Mais si les ressources sont trouvées, les skicrosseurs et les skicrosseuses peuvent déjà se réjouir de courses supplémentaires de l’Audi Skicross Tour.