L’édition actuelle de l’Audi Skicross Tour s’est clôturée le week-end passé à Melchsee-Frutt par la finale de la tournée. Les athlètes ont une nouvelle fois tout donné pour remporter une victoire. Parmi eux, une équipe venue de la ville portuaire d’Anvers. Jan Verellen et Werner Bruers nous expliquent comment le skicross fonctionne en Belgique.

Cet hiver, un skieur belge avait déjà décroché une victoire en Suisse. En effet, Dries Van Den Broecke, 21 ans, avait fureur lors des Championnats du monde de ski alpin à St-Moritz en s’imposant lors de sa course de l’épreuve par équipe face au vainqueur du classement général de la Coupe du monde, l’Autrichien Marcel Hirscher. Quelques skicrosseurs belges se sont mis en route le week-end passé afin d’imiter leur compatriote. Dans le cadre de la finale de la tournée, les talents belges de la relève se sont élancés sur le parcours de l’Audi Skicross Park à Melchsee-Frutt.

745 kilomètres – 1900 m de dénivelé – 4 pays

Il faut environ huit heures pour rallier les montagnes suisses au départ d’Anvers. Le trajet sur autoroute de 745 kilomètres traverse quatre pays (Belgique, Luxembourg, France et Suisse) et la destination se situe quelque 1900 mètres plus haut. « Nous quittons la maison le vendredi, participons aux courses le samedi et le dimanche et rentrons directement», explique Jan Verellen, coach des skicrosseurs juniors belges. L’équipe belge est de retour à Anvers vers minuit : « Étant donné que les enfants manquent déjà l’école le vendredi, ils ne peuvent pas en plus être absents le lundi. »

« Nous construisons actuellement une installation de départ »

Les juniors belges consacrent autant de temps au trajet qu’à leur entraînement hebdomadaire dans une halle de ski. « Les enfants s’entraînent exclusivement au slalom et au slalom géant. En Belgique, nous ne pouvons malheureusement pas encore proposer d’entraînement de skicross spécifique. Nous sommes en train de construire une installation de départ afin que les enfants puissent améliorer leurs départs », explique Werner Bruers, père de Quillan, 14 ans. Lors des week-ends sans compétitions et pendant les vacances scolaires, les jeunes s’entraînent en outre dans les Alpes françaises : « Là, nous pouvons nous entraîner sur de la vraie neige car les jeunes participent aussi à des courses de ski alpin en plus des compétitions de skicross », ajoute Verellen.

L’Audi Skicross Tour, une introduction parfaite

« Nous sommes toujours au départ avec cinq skieurs environ ; cela dépend de la quantité de devoirs. L’école est bien entendu la première priorité », explique Verellen. Pour lui, l’Audi Skicross Tour est une introduction parfaite pour les jeunes athlètes : « L’organisation du tour est exceptionnelle et les parcours sont exigeants du point de vue technique, sans être trop longs ou trop impressionnants. Pour nos jeunes, c’est la première saison de skicross et le tour leur offre une belle porte d’entrée dans cette discipline. » Outre les courses de l’Audi Skicross Tour, les talents belges peuvent uniquement participer à une seule autre course de skicross par hiver, à savoir l’épreuve de skicross des championnats belges.

Finale du tour à Melchsee-Frutt

En raison des fortes rafales de vents dans l’aire de départ, les courses du samedi ont dû être converties en un sprint sur un parcours plus court. Sous un ciel majoritairement bleu, les athlètes ont proposé des courses captivantes. Le dimanche, le vent fort avait disparu, mais la direction de la course a dû faire face au brouillard émergent. Après une brève interruption, les courses ont pu reprendre car le brouillard ne s’est pas installé durablement. Pour l’équipe belge, le meilleur résultat a été la 7e place de Margot Van Damme dans la catégorie K2W. La course à peine terminée, l’équipe a pris congé jusqu’à la saison prochaine avant de prendre le chemin du retour. Une chose est sûre : pour l’équipe belge, la première saison de l’Audi Skicross Tour ne sera certainement pas la dernière.